fbpx
Mademoiselle a trois ailes

Structurellement créative

Comment tenir un journal d’auteur ?

En ce début d’année, il est de saison de faire son bilan personnel et d’énoncer ses résolutions à venir. Il s’agit d’un excellent exercice d’introspection, d’intention et d’estime de soi. Mais savez-vous que vous pouvez atteindre cet objectif au quotidien grâce à la tenue journalière d’un carnet d’auteur ?

Puisque l’on en est aux résolutions de début d’année, vous allez me dire OK. Mais comment fait-on ?

D’abord, on choisit un joli carnet et un beau stylo. La qualité du papier et le plaisir d’y couler l’encre de votre plume doivent être primordiaux. La tenue de votre carnet d’auteur va devenir un vrai besoin au fur et à mesure que vous le rédigerez. Soignez votre matériel. C’est important.

Commençons d’abord à écrire le bilan de votre année

Cet exercice d’écriture vous mettra en jambe. A mon sens une bonne analyse de ses actions passe par un regard sur l’année passée et une projection sur celle à venir.

Je vous invite à répondre à une série de questions issues d’un livre de Napoléon Hill (Réfléchissez et devenez riche) qui vous guidera dans l’analyse de vos réalisations passées :

  1. Ai-je atteint l’étape que je m’étais fixée cette année dans le cadre de mon objectif de vie professionnelle (à 10 ans) ? Pour formaliser votre stratégie à moyen terme, je vous invite à consulter mon article sur le Storytelling Chantilly.
  2. Ai-je fait de mon mieux ? Ai-je amélioré la qualité de mon écriture ?
  3. Ai-je toujours été animé d’un esprit de coopération ? Avec mon public ? Avec mes pairs ?
  4. Ai-je été impacté dans mon travail par un manque de détermination et de décision ?
  5. Ai-je amélioré mon état d’esprit d’auteur à succès ? (Le fameux mindset !)
  6. Ai-je été persévérant pour faire aboutir mes plans ?
  7. Ai-je toujours pris les décisions qui s’imposaient pour faire progresser ma carrière d’auteur ?
  8. Ai-je permis à la peur d’amoindrir mon efficacité ?
  9. Ai-je été trop ou pas assez prudent ?
  10. Comment puis-je évaluer mes relations avec mes partenaires sur une échelle de 1 à 10 ? Qu’ai-je fait correctement ? Que puis-je améliorer ?
  11. Ai-je procrastiné ? Dans quel domaine ? Que puis-je déléguer ?
  12. Ai-je fait preuve d’ouverture et de tolérance ?
  13. De quelle façon ai-je amélioré mon aptitude à rendre service ? à contribuer ?
  14. Quelles nouvelles habitudes de mes précédentes résolutions ont boosté mon activité ?
  15. En quoi ai-je été égoïste (ouvertement ou secrètement) ?
  16. Ma conduite a-t-elle suscité le respect de mes partenaires ?
  17. Quelles décisions ai-je prises en me fiant à mon intuition ? Celles que j’ai prises en me fiant à ma réflexion ?
  18. Me suis-je conformé ou éloigné des prévisions de mon budget prévisionnel de l’an passé ?
  19. Comment évaluerez-vous la part d’effort utile et inutile dans vos actions ?
  20. Comment gagner en efficacité et en productivité ?
  21. Ai-je agi d’une manière contraire à ma conscience ?
  22. Ai-je rendu des services gratuits ?
  23. Ai-je été injuste envers moi-même ou autrui ?
  24. Si j’étais mon propre lecteur, serai-je satisfait de mes productions ?
  25. Ai-je choisi le genre littéraire qui me convient ?
  26. Mon public a-t-il apprécié mes productions ? Pourquoi ?
  27. Ai-je atteint objectivement les critères de réussite que je m’étais fixés ?

Je suis sûre que répondre à certaines de ces questions vous ont dérangé. C’est normal et c’est sain. Il n’y a rien de pire que de se mentir à soi-même ! Soyez conscient de vos atouts et de vos faiblesses. Renforcez les uns et corrigez les autres dans vos bonnes résolutions.

Je vous propose maintenant de retourner votre carnet d’auteur, de le prendre à l’envers.

Entamons la rédaction de vos intentions pour cette nouvelle année 

  • Qu’est-ce que vous VOULEZ pour cette nouvelle année (pas qu’est-ce que vous programmez… non… qu’est-ce que vous voulez voir arriver dans votre vie) ?
  • Quel auteur voulez-vous être ?
  • Quelles valeurs voulez-vous incarner ?
  • Quels résultats concrets voulez-vous obtenir ?
  • Comment allez-vous vous dépasser ? En voyant plus grand ? En prenant plus de risque ? En contribuant ? En étant généreux ? En œuvrant pour les autres ?

Croyez-moi, le plus dur est fait ! Quand j’ai commencé la rédaction de mon journal d’auteur… je ne savais tout simplement pas quoi y mettre. En plus ça me paraissait vraiment cucul… genre j’écris un journal intime ! Mais après une année de rédaction où j’ai séparé mes réalisations de mes intentions, j’ai eu l’agréable surprise de constater que ce que je m’étais fixé il y a quelques mois dans mes intentions s’était retrouvé presque « par magie » dans ma partie réalisations ! Il y a quelque chose de l’ordre de la main magique à tenir un journal avec sa propre plume. Comme si les idées que l’on osait poser sur papier pouvaient devenir réelles du simple fait de les exprimer.

Poursuivez votre rédaction au quotidien

Dans la partie réalisations, octroyez-vous 5 reconnaissances par jour. Dans la partie intentions, fixez-vous 5 buts quotidiens en termes de :

  • Etat d’esprit (mindset)
  • Etat de forme physique et bien-être
  • Organisation et productivité
  • Relations professionnelles ou amicales
  • Carrière et finances

Au fil du temps, la tenue de votre carnet d’auteur vous deviendra aussi naturelle que respirer ou manger. Et même aussi nécessaire !

Vous pourrez également lui confier vos doutes et vos angoisses. Le carnet d’auteur est un excellent confident.

Le réceptacle de vos idées créatives

Je vous laisse prendre connaissance de l’usage que fait Joanna Penn de son journal d’écrivain.

« Bien remplir le puits de création

       Vous ne pouvez pas créer à partir de rien. Vous ne pouvez pas vous asseoir et vous attendre à écrire sans d’abord vous être mis des trucs dans la tête. Vous avez besoin de matériel à l’intérieur de vous pour créer et ce matériel doit bien venir de quelque part. Quand j’ai commencé, je n’avais aucune idée du tout. Je ne savais pas quoi créer, encore moins comment. Puis j’ai commencé à vivre ce que Julia Cameron a décrit comme « la rencontre de l’artiste », et cela a fait toute la différence.

       En gros, vous prenez le temps de faire quelque chose pour votre moi créatif. Il peut s’agir d’aller dans une galerie d’art, de rejoindre une classe de création ou de marcher dans un endroit inspirant, ou simplement de lire par plaisir et en ne vous sentant pas coupable à l’idée de toutes les autres choses que vous pourriez faire à la place.

       Puis, pendant que vous allez à la rencontre de votre artiste, commencez à remarquer vos pensées et vos questions, et surtout, notez-les. J’utilise toujours les carnets Moleskine mais j’utilise aussi l’application Things sur mon iPhone où j’ai un dossier pour les idées. D’autres utilisent Evernote. J’écris tout ce qui me vient à l’esprit, souvent une seule phrase, ou même un seul mot.

       Voici quelques-unes de mes notes récentes :

       – Les anciens potiers chinois écrivaient des mots dans la boue avant de la transformer en pots.

       – Les os ne saignent pas.

       – Des chefs pâtissiers secrets travaillant dans des restaurants pour des gens dont vous n’entendrez jamais parler, dans des pièces où vous n’entrerez jamais.

       – Les papillons monarques sont appelés enfants perdus lorsqu’ils arrivent pour le Jour des morts mexicain.

       – « Né dans un mythe appelé Prague. » – Kafka

       J’ai des milliers de ces petites notes maintenant. Je les fais défiler si je suis à la recherche d’une idée de livre, ou juste pour m’amuser. Je me rends compte souvent que j’ai utilisé ces idées dans mes écrits sans les retrouver consciemment. Le cerveau est une chose merveilleuse ! Bien sûr, si l’une des idées ci-dessus suscite quelque chose en vous, n’hésitez pas à l’utiliser. Les idées ne sont rien, l’exécution est tout ! »

Joanna Penn, Mindset de l’auteur qui réussit, Traduction Cyril Godefroy, Club positif

Je conclurai cet article ainsi : si vous n’aviez qu’une seule bonne résolution à vous fixer et à tenir pour cette nouvelle année, tenez un journal d’auteur !

Dès aujourd’hui.

Laetitia

Elle a consacré ses études et une partie de sa carrière à comprendre ce qui faisait d’une histoire, une « bonne » histoire. Quelles en étaient les composantes structurelles ? Comment s’architecture un récit ? Quels sont les ingrédients indispensables ? De l’idée à la rédaction, elle a mis au point une méthode d’écriture qui s’appuie sur des approches scénaristiques anglo-saxonnes, sur un marketing d’auteur 3.0 et sur des outils de coaching empruntés aux neurosciences. Avec ce procédé, elle offre aux auteurs l’opportunité d’écrire la « meilleure » histoire de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =


Revenir en haut de page