fbpx
Mademoiselle a trois ailes

Structurellement créative

La passion des histoires » Comment le marketing et la narration sont-ils impactés par la psychologie humaine ?

Comment le marketing et la narration sont-ils impactés par la psychologie humaine ?

Que ce soit dans l’étude de scénario de fiction ou dans le marketing, l’analyse des comportements humains et de la psychologie sont en tout point fascinants. Alors que je regarde une vidéo de David Laroche, conférencier et coach en potentiel humain, je réalise de quelle manière notre cerveau est à la fois notre meilleur allié et notre pire ennemi.

Je perçois depuis longtemps que les pires obstacles que j’identifie dans ma carrière d’auteur sont mes propres freins psychologiques. Jusqu’à aujourd’hui,  j’avais fait miennes des croyances telles que : je ne suis pas compétente en marketing, ni en vente, ni en finances.

Or David nous démontre qu’il n’appartient qu’à nous de transformer ces pensées. Que se passe-t-il si dès aujourd’hui, je déclare être experte en marketing, en vente, en finances (et bilingue en anglais… quitte à frotter la lampe du génie, autant en rajouter !) Eh bien rien ! Il ne se passe rien. Le ciel ne s’est pas ouvert en deux. La fin du monde n’est pas annoncée. Et les oiseaux font toujours cuicui.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que tout le monde s’en cogne que je sois experte en marketing ou non ! Je décide de l’être, je le suis (ou je le deviens). Je décide que je ne le suis pas, et c’est OK. La face du monde n’en est pas transformée pour autant.

Or la somme de problèmes et d’obstacles, liés à ces freins, que je me suis auto-infligée est juste incommensurable, voire démesurée. Car ma réussite en a été directement impactée.

Psychologie en marketing

De là, me vient une autre pensée. Si je me suis construit autant de problèmes invisibles sur la base d’une croyance limitante… imaginez ce que l’on peut faire avec un personnage de fiction ! Si on lui crée deux ou trois croyances suffisamment fortes pour inhiber ou dévier son jugement, alors on va tout simplement se régaler !

Créer un personnage de fiction consiste finalement à faire de la psychologie inversée. L’auteur lui attribue un certain nombre de névroses, de traumatismes, de peurs, de croyances limitantes et autres dragons intérieurs, afin de lui infliger mille malheurs durant les péripéties qu’on décide de lui faire traverser.

Et c’est également sur la base de ces besoins et de ces imperfections, que l’empathie se créé. Par un phénomène d’identification, l’être humain se sent concerné quand ils rencontrent une autre communauté d’êtres humains, qui galèrent autant que lui !

C’est pourquoi, je lance un appel à toutes les auteures et tous les auteurs qui ont négligé leur marketing !

Tous ensemble ! Tous, tous, tous ensemble !

Laetitia

Elle a consacré ses études et une partie de sa carrière à comprendre ce qui faisait d’une histoire, une « bonne » histoire. Quelles en étaient les composantes structurelles ? Comment s’architecture un récit ? Quels sont les ingrédients indispensables ? De l’idée à la rédaction, elle a mis au point une méthode d’écriture qui s’appuie sur des approches scénaristiques anglo-saxonnes, sur un marketing d’auteur 3.0 et sur des outils de coaching empruntés aux neurosciences. Avec ce procédé, elle offre aux auteurs l’opportunité d’écrire la « meilleure » histoire de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 26 =


Revenir en haut de page