fbpx
Mademoiselle a trois ailes

Structurellement créative

La passion des histoires » Comment mesurer la capacité de résilience de son personnage ?

Comment mesurer la capacité de résilience de son personnage ?

La résilience peut se définir comme la capacité à affronter l’adversité en fonction de notre appartenance à un certain profil de réaction aux difficultés. Le Dr Paul G. Stoltz a synthétisé 35 ans de recherches sur la performance et l’efficacité humaine à travers l’élaboration d’une formule : le Quotient d’Adversité.

Si l’on compare le chemin de vie d’un individu à l’ascension d’une montagne, nous obtenons trois grands profils de réaction aux difficultés :

Le velléitaire

Le campeur

L’alpiniste

Le velléitaire a renoncé à gravir la montagne. Sa trajectoire est faite de renoncement, d’abandon, d’évitement et de refoulement, nourris par de profondes et tenaces angoisses et désespérances.

Le campeur a gravi la montagne jusqu’à un certain point. Le reste de l’ascension lui semble trop risqué, il établit un camp de base confortable et en sureté à mi-parcours. Il considère la réussite comme « une destination plutôt qu’un voyage qui dure toute une vie ».

L’alpiniste voit la vie comme un défi perpétuel. Quels que soient ses origines, son milieu, son éducation, son expérience et ses handicaps, il ne dévie pas de sa mission. Aucun obstacle ne peut les détourner de leur ascension.

L’appartenance à l’un ou l’autre de ses profils se détermine en fonction du Quotient d’Adversité. Le QA se calcule en combinant quatre dimensions de la psychologie humaine en réaction aux difficultés :le COPI.

Contrôle

Origine

Permanence

Impact.

Le Contrôle est lié à la perception de notre influence sur le cours des événements. Cette unité mesure la capacité d’action du personnage face à l’adversité.

L’Origine comporte deux dimensions : la cause et l’appropriation. Le personnage cherche a identifié la chaîne de causalité d’un événement (origine) et dans quelle mesure il en est responsable (appropriation). Sa capacité a assumé ses actes le met dans un certain niveau de responsabilité : déni ou prise de conscience. A ce niveau de prise de conscience, deux types de réactions apparaissent : du remord découle un juste apprentissage de ses erreurs, alors que le blâme excessif peut être source de dépression et d’autodestruction.

L’Impact est la capacité du personnage a imaginé tous les scénarios possibles découlant d’un événement. Les angoisses l’emportent sur les faits objectifs et le protagoniste imagine tous les scénarios catastrophes possibles.

La Permanence mesure la durée de nuisance d’un événement. Combien de temps cela va-t-il durer ? Le vocabulaire de la Permanence est émaillé de « toujours » et de « jamais ». Il s’agit de la capacité de le personnage à mesurer le caractère temporaire, permanent ou définitif des conséquences d’un événement.

Avec le Quotient d’Adversité, il est possible de combiner un certain nombre de réactions face aux obstacles qui vont profondément influencer la trajectoire du personnage dans son axe d’évolution.

Source : Le Quotient d’Adversité, Léon Tanguay et David Lefrançois

Laetitia

Elle a consacré ses études et une partie de sa carrière à comprendre ce qui faisait d’une histoire, une « bonne » histoire. Quelles en étaient les composantes structurelles ? Comment s’architecture un récit ? Quels sont les ingrédients indispensables ? De l’idée à la rédaction, elle a mis au point une méthode d’écriture qui s’appuie sur des approches scénaristiques anglo-saxonnes, sur un marketing d’auteur 3.0 et sur des outils de coaching empruntés aux neurosciences. Avec ce procédé, elle offre aux auteurs l’opportunité d’écrire la « meilleure » histoire de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =


Revenir en haut de page